Parcs Canada: toujours des inquiétudes concernant les salaires et les conditions de travail

L’équipe de négociation a rencontré l’employeur du 17 au 19 janvier pour discuter de questions non pécuniaires et déposer des propositions visant à améliorer les conditions de travail de plus de 5 000 membres d’un bout à l’autre du pays à Parcs Canada.

L’équipe syndicale a réitéré les priorités de ses membres : que les salaires soient en phase avec l’inflation galopante, qu’on cesse de recourir excessivement aux contrats à temps partiel et saisonniers, et qu’on reconnaisse le travail bien particulier des gardes de parcs qui font office d’agents de la paix.

On a besoin d’augmentations pour contrer l’effet corrosif de l’inflation

La convention collective des membres de Parcs Canada est échue depuis août 2021. Pendant que l’inflation grimpe en flèche, les membres de Parcs Canada peinent à tenir le rythme.

Si vous ne l’avez pas déjà fait, utilisez notre calculateur de l’inflation pour estimer la valeur réelle de votre salaire en tenant compte des variations des prix à la consommation. Vous comprendrez pourquoi nous luttons pour des salaires qui suivent l’augmentation des prix des biens et services.

Principales revendications pécuniaires

  • Trois années d’augmentations qui reflètent la flambée inflationniste subie par nos membres dans les régions les plus touchées, et l’incertitude de l’année à venir
    • 2021 : 5,5 %
    • 2022 : 8,5 %
    • 2023 : 8 %
  • Ajustements au marché et restructuration en fonction de comparateurs internes et externes (voir le cahier des revendications pécuniaires pour tous les détails)
  • Nouvelles allocations et bonification des indemnités offertes
    • Nouvelle indemnité de conditionnement physique de 600 $ par année
    • Nouvelle allocation de logement pour le personnel saisonnier et temporaire
    • Nouvelle augmentation des indemnités en phase avec les augmentations économiques futures

Recours excessif et inacceptable aux contrats saisonniers et à temps partiel

D’un océan à l’autre, des milliers de travailleuses et travailleurs de Parcs Canada contribuent sur le terrain au bien-être des communautés et à la bonne gestion des espaces naturels, des cours d’eau et d’innombrables endroits dont nous profitons tous. Parcs Canada est le seul organisme fédéral d’application de la loi qui emploie des agentes et agents de la paix saisonniers.

L’équipe de négo se bat au nom des membres de Parcs Canada qui n’ont pas de poste à temps plein même s’ils sont nécessaires toute l’année. Ils représentent plus de la moitié de l’effectif et ils ont droit à une entente juste et équitable!

Montrez-nous votre soutien

Impliquez-vous!

  • Votre participation est plus importante que jamais. Répondez à notre questionnaire pour vous mobiliser en cette période critique.
  • Des questions sur le processus de négociation? Consultez notre foire aux questions (FAQ).

La suite

La prochaine séance de négociation aura lieu du 7 au 9 février et nous espérons y faire avancer votre cause.

L’équipe de négociation continue de défendre les intérêts de ses membres en présentant à l’employeur des revendications complètes. Malheureusement, l’employeur se traîne les pieds.

Si vous avez des questions au sujet des négociations, communiquez avec votre bureau régional de l’AFPC ou le Syndicat des employées et employés nationaux.

Membres du SEN au Conseil du Trésor : Avez-vous des questions concernant l’annonce du vote de grève de l’AFPC?

À la suite de l’annonce de l’AFPC, le SEN veut s’assurer que nos membres disposent des informations qui suivent concernant la formation en matière de grève, les mesures de grève, ainsi que les indemnités de grève.

Qu’est-ce qui a été annoncé aujourd’hui?

Il est important de savoir que nous ne sommes pas encore en grève. Ce qui a été annoncé aujourd’hui est un vote de grève, ce qui veut dire que tous les membres du SEN qui sont couverts par les conventions collectives du Conseil du Trésor pourront voter au sujet d’une mesure de grève dans les mois à venir. Ce vote est d’une importance cruciale et démontre à l’employeur que nous sommes prêts à nous battre pour ce que nous méritons.

Inscrivez-vous maintenant pour prendre part au vote de grève. Une fois que vous avez assisté à une séance d’information, vous disposez de toute la période de vote pour soumettre votre vote!

Où puis-je obtenir plus d’informations concernant une éventuelle grève?

Nous avons reçu de nombreuses questions à propos de la grève au cours des dernières semaines, et bien que nous aimions vous entendre, nous sommes conscients que tout le monde cherche de l’information, et l’AFPC a créé un cours en ligne portant sur la grève qui répond à la plupart de vos questions! Inscrivez-vous ici.

Parité salariale pour les EG : l’AFPC lutte contre l’inaction du gouvernement

July 29, 2022

L’AFPC fait pression pour invalider rapidement la décevante décision du Conseil du Trésor, qui retarde la mise en œuvre du jugement d’arbitrage visant à combler l’écart salarial pour de nombreux membres du groupe TC.

Rappelons que l’AFPC a obtenu gain de cause en janvier dernier dans le cadre d’une décision arbitrale qui aura pour effet de combler l’écart salarial entre les membres EG (Soutien technologique et scientifique) du groupe TC (Services techniques) et les membres EG au sein de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Le groupe TC compte près de 10 700 membres, dont plus de 60 % font partie de la classification EG.

Depuis, le Conseil du Trésor refuse de verser les sommes dues avant que l’AFPC et le gouvernement renouvellent la convention collective.

À notre avis, le gouvernement contrevient clairement à la décision arbitrale et nous examinons cette situation avec l’arbitre afin de régler le problème dans un proche avenir. Il y a longtemps que le gouvernement aurait dû combler cet écart; il ne peut pas refuser de verser les sommes qu’il doit aux travailleuses et travailleurs.

Les nouveaux taux de rémunération seront établis en fonction des gains réalisés dans le cadre de la ronde de négociations qui se déroule actuellement avec le Conseil du Trésor. L’AFPC demandera des augmentations salariales annuelles pour les EG et tous les membres du groupe TC, ainsi que des indemnités pour certains groupes.

La décision arbitrale de janvier n’a aucune incidence sur ce que l’AFPC cherche à obtenir à la table de négociation. Consultez notre trousse de négociation pour en savoir plus sur ce cycle de négociations, les enjeux les plus importants et la comment s’impliquer.

Pour ne rien manquer, assurez-vous que vos coordonnées sont à jour dans le portail des membres.

Source : Parité salariale pour les EG : l’AFPC lutte contre l’inaction du gouvernement | Alliance de la Fonction publique du Canada (syndicatafpc.ca)

Négo des SV : le manque d’engagement de l’employeur se fait sentir

9 mars 2022

La tension a monté d’un cran à la table de négo du groupe des services de l’exploitation (groupe SV) lors de la séance du 2 et 3 mars. Après plus de six mois de négociation et toutes les revendications présentées par notre équipe, l’impatience se fait sentir dû à l’absence de mouvement à la table de négociation.

La réponse du Conseil du Trésor en ce qui a trait aux revendications salariales se fait toujours attendre. Nos propositions salariales ont été déposées en janvier dernier et une réponse était prévue pour mars. Malheureusement, l’employeur refuse de s’avancer. Pendant ce temps, le fossé continue à se creuser entre les salaires d’un grand nombre de membres SV et ceux de leurs homologues du secteur privé. La situation doit être prise au sérieux par l’employeur dès maintenant.

Des concessions sur l’horaire de travail flexible

Durant les pourparlers, l’employeur a proposé inéquitables sur l’horaire de travail flexible pour les membres SV. Alors qu’actuellement le temps supplémentaire variable est à temps et trois quart, l’employeur veut revenir sur nos acquis en le faisant passer à temps et demi.

Cette demande est complètement inacceptable et l’équipe SV refuse toute concession sur l’horaire de travail flexible.

Les dernières revendications présentées

L’équipe SV a finalisé le dépôt des revendications à la table avec des demandes visant à augmenter l’accès au développement professionnel en assurant que tous les membres puissent en faire la demande, et recevoir une réponse dans un délai raisonnable.

Trousse pour les négos

Servez-vous de la trousse pour les négos avec le Conseil du Trésor pour vous tenir au courant et mobilisés durant les négociations. Inspirez-vous de notre « place à la discussion » pour discuter de nos principales revendications avec vos collègues, et téléchargez les graphiques pour appuyer vos équipes de négo.

Montrez votre soutien

Manifestez votre soutien en adoptant nos images à slogan :

Restons en contact 

Pour ne rien manquer de la négociation de votre prochain contrat de travail, assurez-vous que vos coordonnées sont à jour.

Source : Négo des SV : le manque d’engagement de l’employeur se fait sentir | Alliance de la Fonction publique du Canada (syndicatafpc.ca)

Négos des OES : résolus à obtenir une entente équitable

28 février 2022

L’équipe de négociation des Opérations des enquêtes statistiques (OES) a fait des gains dans plusieurs domaines lors de la séance qui s’est tenue du 15 au 17 février.

Plusieurs grands enjeux sont toujours en suspens, dont la sécurité d’emploi, les heures de travail, la rémunération des heures supplémentaires, les indemnités, les congés, les augmentations économiques générales et les ajustements au marché. Notre équipe demande à l’employeur de respecter l’important travail des membres des OES en leur offrant des augmentations salariales viables et de meilleures conditions de travail.

Comme toujours, l’équipe demeure fermement engagée à combler l’écart salarial entre les travailleurs des OES et d’autres fonctionnaires de l’administration publique centrale.

Notre équipe espère toujours que nous serons en mesure de réaliser des progrès significatifs durant les prochaines séances. En cas d’impasse à la table, nous serons forcés d’aller en arbitrage. Les conseils d’arbitrage sont composés d’un représentant de chaque partie et d’une présidence indépendante. Chaque partie plaide sa cause devant le conseil et ce dernier délibère et présente un rapport. Les décisions des conseils d’arbitrage sont définitives et sans appel. Dans notre cas, le rapport portera sur les revendications en suspens et la décision se reflétera dans notre convention collective.

Les pourparlers reprendront du 1er au 3 mars.

Source : Négos des OES : résolus à obtenir une entente équitable | Alliance de la Fonction publique du Canada (syndicatafpc.ca)

Négo des enjeux communs : il est temps de faire de la conciliation travail-vie personnelle une priorité

4 février 2022

Alors que le Canada demeure aux prises avec la pandémie, le gouvernement fédéral devrait donner l’exemple en utilisant le télétravail et le droit à la déconnexion pour améliorer la conciliation travail-vie personnelle. Or, durant les négociations sur les enjeux communs qui se sont déroulées du 31 janvier au 3 février, le Conseil du Trésor a montré clairement qu’il n’en voit pas la nécessité.

La pandémie a bouleversé la manière dont nos membres travaillent. Nous avons continué à servir la population de nos domiciles, aussi bien que nous le faisions au bureau, ce qui prouve que l’heure est venue de repenser l’organisation du travail. Selon les résultats du sondage mené par l’AFPC auprès les fonctionnaires fédéraux, trois répondants sur quatre travaillent surtout à distance depuis le début de la pandémie. En outre, 90 % des répondants veulent rester en télétravail après la pandémie.

La proposition de l’AFPC donnerait à ses membres le choix de faire du télétravail ou non selon ce qui leur convient le mieux. Elle décrit aussi la marche à suivre pour les ententes de télétravail et prévoit des mesures pour que le personnel ait l’équipement nécessaire et pour que les demandes ne soient pas refusées sans motif valable.

Le Conseil du Trésor a refusé notre proposition au motif qu’elle n’était pas nécessaire étant donné sa Directive sur le télétravail. Or, la politique gouvernementale, qui est entrée en vigueur en avril 2020, est déjà dépassée après deux ans de pandémie et accorde beaucoup trop de pouvoir discrétionnaire aux gestionnaires, ce qui peut mener au traitement discriminatoire de certaines personnes.

Le télétravail fait maintenant partie du quotidien de la plupart de nos membres et jouit de l’appui de la majorité de la population canadienne; il est donc grand temps de l’intégrer dans nos conventions collectives. 

Le droit à la déconnexion

L’AFPC réclame aussi le droit à la déconnexion. Le recours répandu au télétravail a brouillé la distinction entre la vie professionnelle et la vie privée. Actuellement, les employeurs profitent de l’usage généralisé des téléphones intelligents et d’autres appareils pour obliger leur personnel à travailler au-delà de leur journée de travail. Une personne interrogée dans le cadre du sondage de l’AFPC sur cinq a affirmé se sentir obligée de consulter ses courriels ou de travailler en dehors de ses heures de travail normales au moins quelques fois par semaine. Nos conventions devraient donc contenir une disposition interdisant explicitement les attentes déraisonnables en dehors des heures de travail.

Notre proposition est sans équivoque : nos membres ne devraient aucunement être tenus de répondre à des appels ou des courriels en dehors de leurs heures normales de travail (sauf s’ils sont en disponibilité) ni faire l’objet de mesures disciplinaires pour avoir exercé leurs droits.

Même s’il n’y a là rien de bien compliqué, l’employeur refuse de reconnaître le droit à la déconnexion. Nous continuerons à nous battre, car personne ne devrait avoir l’impression d’être enchaîné à son travail et de devoir vérifier constamment courriels et boîte vocale.

Salaires et nouveaux protocoles d’entente

Même s’il a reçu nos revendications salariales en décembre, le Conseil du Trésor s’est de nouveau présenté à la table les mains vides. Il n’a même pas voulu discuter de notre proposition d’augmentation économique générale.  Lorsque nous le rencontrerons en mars, nous nous attendons à ce qu’il donne une réponse complète à nos revendications salariales. Ce que nous voulons : des salaires justes et équitables qui suivent l’augmentation du coût de la vie.

L’AFPC a également soumis de nouveaux protocoles d’entente. Ces protocoles visent à pérenniser le financement du Programme d’apprentissage mixte, à établir un comité syndical-patronal permanent sur les services de garde et à faire respecter l’engagement du Conseil du Trésor à se pencher sur la diversité et l’inclusion au travail en collaboration avec l’AFPC.

Prochaines étapes

La prochaine séance de négociation des enjeux communs, du 29 au 31 mars, sera cruciale.

Étant donné les graves conséquences de l’inflation galopante sur les familles, nous prévoyons nous mobiliser et agir si l’employeur ne présente pas une offre proportionnelle à la montée fulgurante du coût de la vie.

Avec plus de 165 000 membres en négociation avec le gouvernement cette année, nous nous trouvons en position de pouvoir à la table. Nous pouvons utiliser la force du nombre pour améliorer nos conditions de travail et pousser le gouvernement à donner l’exemple en améliorant celles de tous les travailleurs et travailleuses.

Militer au sein du syndicat

Inscrivez-vous dès maintenant à notre panel national sur le télétravail et la conciliation travail-vie personnelle afin d’en apprendre davantage sur cet enjeu important. À la fin de l’activité, vous pourrez participer à une action virtuelle avec des membres de partout au pays pour appuyer le télétravail et une meilleure conciliation travail-vie personnelle.

Vous pouvez aussi montrer votre soutien en utilisant nos images à slogan : 

Pour ne rien manquer des négociations de votre prochain contrat de travail, assurez-vous que vos coordonnées sont à jour dans le portail des membres

Source : Négo des enjeux communs : il est temps de faire de la conciliation travail-vie personnelle une priorité  | Alliance de la Fonction publique du Canada (syndicatafpc.ca)

Négos des SV : combler les importants écarts de salaire est une priorité

25 janvier 2022

L’équipe de négociation du groupe SV (Services de l’exploitation) a présenté des propositions salariales justes et raisonnables lors de la séance du 18 au 20 janvier et s’attend à recevoir la réponse du Conseil du Trésor en mars. 

Le fossé continue à se creuser entre les salaires d’un grand nombre de membres SV et ceux de leurs homologues du secteur privé, ce qui nuit au moral et risque aussi de nuire aux services offerts à la population. Compte tenu de l’augmentation du coût de la vie et du taux d’inflation, il faut absolument régler le problème des salaires pendant l’actuelle ronde de négociations.  

Les membres du groupe SV, piliers de notre fonction publique, sont fiers de servir les Canadiens et les Canadiennes. Tout au long de la pandémie, ces gens de métiers et ces spécialistes de la sécurité n’ont pas eu le luxe de travailler de la maison. Jour après jour, ils se sont présentés au travail, et sans eux, les services essentiels dont on dépend auraient souffert.  

Il faut des salaires équitables pour recruter et garder des fonctionnaires hautement qualifiés. Autrement, le Canada risque de perdre le talent dont il a besoin pour fournir à sa population les programmes et les services dont elle dépend. 

Notre équipe a proposé plusieurs améliorations pour le groupe SV. En voici quelques-unes : 

  • Combler les écarts salariaux :Plus que jamais, les SV ont besoin de salaires équitables. Pour éliminer les écarts persistants, l’AFPC a proposé divers ajustements selon le marché en s’appuyant sur la nouvelle étude de comparabilité de la rémunération qu’elle a commandée en 2021. Cette étude confirme qu’il existe une grande disparité entre la rémunération des postes du groupe SV et celle offerte pour des postes semblables à l’extérieur de la fonction publique.  
  • Élargir l’admissibilité aux indemnités Certains SV ne reçoivent pas toutes les indemnités qu’ils devraient recevoir. L’AFPC propose d’élargir les critères d’admissibilité, notamment en ce qui concerne le travail salissant et le travail en réfrigération et en CVC afin que tous les membres qui font ce genre de travail y aient droit. 
  • Ajouter des indemnités :L’AFPC revendique aussi de nouvelles indemnités pour tenir compte des conditions de travail difficiles des SV, par exemple les longues périodes passées en mer et le travail près des hélicoptères en marche. 

Lisez les revendications salariales des SV 

Les pourparlers reprendront du 1er au 3 mars. 

Montrez votre soutien 

Faites connaissance avec votre équipe de négo, découvrez pourquoi ses membres ont choisi de participer à cette ronde de négociations et manifestez votre soutien en adoptant nos images à slogan : 

Fond d’écran pour vos réunions de travail 
Cadre pour votre image de profil dans les médias sociaux 
Affiche imprimable pour votre espace de travail  

Participez! 

À l’occasion du mois d’action pour l’équité au travail, nous tiendrons un panel national sur l’équité en milieu de travail le 25 janvier.  

Au programme : la lutte de l’AFPC pour l’équité au travail pendant la ronde de négociations avec le Conseil du Trésor, les répercussions que pourraient avoir des avancées dans ce domaine et l’importance de nous mobiliser pour appuyer nos équipes de négo afin de réaliser des gains importants.  Inscrivez-vous dès aujourd’hui!

Restons en contact  

Pour ne rien manquer de la négociation de votre prochain contrat de travail, assurez-vous que vos coordonnées sont à jour dans le portail des membres.   

Source : Négos des SV : combler les importants écarts de salaire est une priorité | Alliance de la Fonction publique du Canada (syndicatafpc.ca)

Négociations des OES : ensemble, on avance!

5 janvier 2022

L’équipe de négociation des Opérations et des enquêtes statistiques (OES) a fait des gains en décembre, même si l’employeur n’a pas abordé les questions en suspens. L’équipe était déçue que ce dernier n’ait pas présenté de proposition financière, car cela aurait permis d’en arriver plus rapidement à une entente que nous attendons depuis trop longtemps.

Toutefois, il y a eu des progrès à certains égards, ce qui est encourageant. De plus, l’employeur s’est engagé à discuter de toutes les questions financières non réglées durant les négociations prévues à la mi‑février.

L’équipe de négociation des OES continue de réclamer d’importantes améliorations aux horaires et conditions de travail, notamment :

  • la parité salariale avec l’administration publique centrale;
  • une indemnité qui couvre toutes les dépenses personnelles liées au télétravail;
  • une meilleure sécurité d’emploi et un mécanisme juste et transparent pour l’établissement des horaires;
  • la bonification des prestations de congé parental et de maternité;
  • de meilleures primes pour le travail en soirée et les fins de semaine;
  • l’amélioration des congés de maladie, du congé pour obligations familiales, des congés annuels et du congé de compassion.

L’équipe de négociation fournira des précisions à l’occasion des prochaines rencontres d’information (lieux et dates à venir).

Source : Négociations des OES : ensemble, on avance! | Alliance de la Fonction publique du Canada (syndicatafpc.ca)

Grève au Bureau du vérificateur général : Groupe de services d’audit

29 novembre 2021

Les travailleuses et travailleurs du Groupe de services d’audit du Bureau du vérificateur général (BVG), membres de l’AFPC-SEN (section locale 70153), ont entrepris des moyens de pression contre leur employeur le 26 novembre, à minuit :

• Trois années sans augmentation économique dans le cadre d’un arrangement modelé avec l’administration publique centrale.
• Trois ans sans que l’employeur accepte de leur donner une grille salariale adaptée, qui a le même aspect, le même effet et la même application que celle de toutes et tous les autres employé·e·s du BVG et de pratiquement toutes les fonctionnaires fédérales et tous les fonctionnaires fédéraux.
• Trois années de négociations contractuelles sans qu’un employeur ait le mandat de négocier.

Un rapport de la commission de l’intérêt public (CIP) a été reçu pendant l’impasse contractuelle actuelle qui est favorable à cet effectif, dont 75 % sont des femmes. La demande visant à régler le différend en recourant à un arbitrage contraignant a été rejetée par leur employeur, conscient que le rapport de la CIP servirait de catalyseur au Groupe de services d’audit en vue d’obtenir une convention collective juste et équitable.

Notre demande de rencontre avec Karen Hogan, vérificatrice générale du Canada, et Mona Fortier, présidente du Secrétariat du Conseil du Trésor, pour le bien des employé·e·s, n’a pas obtenu de réponse non plus.

Nous en appelons au BVG : obtenez un mandat et retournez à la table des négociations.

Le SEN représente fièrement nos 160 membres de l’AFPC du BVG.

Kevin King,
Président national du SEN, AFPC

Négociation des enjeux communs : il faut indexer les salaires sur l’inflation galopante

19 novembre 2021

L’AFPC a déposé  une revendication salariale pour plus de 110 000 fonctionnaires fédéraux qui tient compte de la hausse spectaculaire des taux d’inflation partout au pays.

L’équipe de négo des enjeux communs a revendiqué une augmentation salariale de 4,5 % par année sur trois ans, soit la durée de la convention collective, lors des pourparlers avec le Conseil du Trésor au début novembre.

Les taux d’inflation sont à leur plus haut en plus de 18 ans, et nos membres méritent une augmentation salariale qui tient compte du coût croissant de la nourriture, du logement et des services de garde. Moins que ça équivaudrait à une baisse de salaire. D’octobre 2020 à octobre 2021, l’indice des prix à la consommation a augmenté de 4,7 %, après avoir affiché une hausse de 4,4 % en septembre.  

Nombre d’employeurs, conscients de la pénurie de main-d’œuvre, augmentent les salaires en conséquence afin de recruter et de garder du personnel qualifié. En tant que premier employeur au Canada, le Conseil du Trésor doit montrer l’exemple et offrir des salaires justes et équitables qui tiennent compte de l’augmentation du coût de la vie ce qui fixera la barre pour les autres employeurs du pays. Ce faisant, il aidera la population à  se remettre de la pandémie.

Les détails concernant les ajustements au marché, les allocations et les grilles restructurées propres à chaque groupe ne font pas partie de cette revendication, puisqu’ils seront présentés séparément aux autres tables de négociation.

L’employeur refuse d’aborder la question du télétravail

Le Conseil du Trésor a rejeté la revendication du syndicat visant à inclure des dispositions sur le télétravail dans les conventions collectives. Selon l’employeur, cela ne serait pas nécessaire et un libellé sur le droit à la déconnexion serait redondant.

Les membres ont pourtant été clairs : la conciliation travail-vie personnelle et la possibilité de travail à distance sont au cœur de leurs priorités. Ils devraient avoir leur mot à dire sur leur horaire et leur lieu de travail, et le meilleur moyen d’y parvenir, c’est de prévoir des dispositions à cet effet dans les conventions collectives. C’est pourquoi le syndicat ne cessera de presser le Conseil du Trésor jusqu’à ce qu’il accepte nos demandes.

Nouvelles revendications concernant la prime de bilinguisme, la formation sur la prévention de l’oppression et le congé parental

L’AFPC a proposé de nouvelles dispositions à ajouter aux articles Élimination de la discrimination et Harcèlement sexuel afin d’assurer le traitement équitable des plaintes. On propose notamment d’élargir la portée de la définition du harcèlement afin que les membres soient mieux protégés. On réclame également une formation obligatoire pour tous les membres du personnel sur la prévention contre l’oppression et la discrimination, le harcèlement, le harcèlement sexuel et la violence dans le lieu de travail.

Les nouvelles dispositions concernant la formation obligeront l’employeur à reconnaître la place du bilinguisme dans la fonction publique et à en faire la promotion, tandis que le nouveau libellé sur la prime de bilinguisme a pour but d’augmenter le montant actuel prévu dans la Directive sur la prime au bilinguisme du Conseil national mixte, qui est le même depuis des décennies.

L’AFPC propose également d’augmenter le supplément accordé aux membres en congé de maternité ou parental non payé, afin de permettre aux familles monoparentales ou à faible revenu de faire meilleur usage des prestations parentales prolongées.

Prochaines séances e négociation

Les pourparlers reprendront les 14 et 15 décembre prochains.

La négociation des enjeux communs vise les membres des unités de négociations suivantes : Services des programmes et de l’administration (PA)Services techniques (TC)Services de l’exploitation (SV) et Enseignement et bibliothéconomie (EB).

Source : http://syndicatafpc.ca/negociation-enjeux-communs-il-faut-indexer?_ga=2.242257154.1887284234.1637585319-816252136.1628617825